Entre Timor oriental et Australie, l'enjeu frontalier des ressources maritimes

De ASYALIST (article réservé aux abonnés)


Analyse
Entre Timor oriental et Australie, l'enjeu frontalier des ressources maritimes

Des étudiants est-timorais vivant en Indonésie manifestent à Jakarta le 24 mars 2016 devant l'ambassade d'Australie
Des étudiants est-timorais vivant en Indonésie manifestent à Jakarta le 24 mars 2016 devant l'ambassade d'Australie pour demander à Canberra de trouver un résolution au litige historique avec le Timor oriental sur le partage des ressources en pétrole et en gaz en mer de Timor. (Crédits : BAY ISMOYO / AFP)
Les 22 et 23 mars, ont eu lieu devant l’ambassade de l’Australie à Dili, dans d’autres villes du Timor-Leste, mais aussi à l’étranger – en Australie et en Indonésie notamment –, d’importantes manifestations contre « l’occupation de la Mer de Timor par l’Australie » et en faveur de la démarcation définitive des frontières maritimes. A Dili, elles ont réuni environ 30 000 personnes, non seulement des jeunes, venus en grand nombre, mais aussi des adultes, dont une forte représentation des fonctionnaires, hommes et femmes, et des familles.
Dans un pays qui a longtemps souffert de la domination indonésienne, avant de goûter à l’indépendance, la recherche du respect des frontières est primordiale. Quels sont les ressorts du litige avec l’Australie ? Analyse.

Contexte

Le Timor-Leste, nom portugais du Timor oriental ou Timor-Est, est indépendant depuis le 20 mai 2002. Ce pays d’Asie du Sud-Est est constitué de la moitié orientale de l’île de Timor et de l’Oecussi-Ambeno, une enclave située dans la partie occidentale de l’île de Timor, entourée par le Timor occidental sous souveraineté indonésienne. Ancienne colonie portugaise durant près de quatre siècles à partir de 1596, le Timor oriental fut, après l’invasion indonésienne de décembre 1975, annexé unilatéralement par ce pays en 1976. Cette annexion ne fut jamais reconnue par les Nations Unies, qui organisèrent un référendum d’autodétermination en août 1999 qui conduisit à la pleine indépendance du Timor oriental en 2002. L’invasion indonésienne et la violence de son contrôle sont responsables de nombreux morts : les estimations les plus crédibles varient entre 100 000 et 200 000.

Manifestation à Dili le 22 mars 2016 "contre l'occupation de la mer de Timor" par l'Australie.
Manifestation à Dili le 22 mars 2016 "contre l'occupation de la mer de Timor" par l'Australie. (Copyright : Christine Cabasset)

Le partage des ressources en hydrocarbures, un litige historique avec Canberra

Accès à l'article : asialyst.com

publié par Association France Timor Leste @ 8:35 AM,




L'Asie du Sud-Est 2016 - bilan, enjeux et perspectives



Nouvelle publication de l’Irasec

L'Asie du Sud-Est 2016 
Bilan, enjeux et perspectives
Sous la direction d'Abigaël Pesses 
Les Indes savantes-Irasec, Paris-Bangkok, janvier 2016, 456 pages.
ISBN (France): 978-2-84654-444-3 / ISBN (Thaïlande): 978-616-7571-27-0




Chaque année l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec), basé à Bangkok, analyse les principaux événements politiques, économiques, sociaux, environnementaux ou religieux survenus dans l’ensemble du sous-continent asiatique.
Établissant une rétrospective des faits majeurs de l’année 2015 pour chacun des 11 pays du sud-est-asiatique, ce livre aide à mieux comprendre les grands enjeux et les perspectives de l’année 2016 dans une région de près de 600 millions d’habitants qui, plus que jamais, joue un rôle d’interface entre les grands pôles asiatiques et l’Occident. Grâce au travail de terrain tout au long de l’année d’une vingtaine de chercheurs et d’experts, L’Asie du Sud-Est 2016 offre un décryptage d’une actualité asiatique complexe, dense et dynamique.
Sommaire Les dossiers de l’année
L’Asean peut-elle transformer l’Asie du Sud-Est en région intégrée ? (Bruno Jetin)
La Chine en Asie du Sud-Est : entre pré carré et rivalités géopolitiques grandissantes (Barthélémy Courmont, Frédéric Lasserre et Éric Mottet)
L’Inde et l’Asie du Sud-Est, une relation proche mais lointaine (Jean-Raphaël Chaponnière)
Les zones communes de développement : une solution en mer de Chine méridionale ? (Nathalie Fau)

Débat
Appropriations politiques des rôles féminins en Asie du Sud-Est (Sarah Anaïs Andrieu, Élodie Coffre et Abigaël Pesses)

La région
Birmanie (Bénédicte Brac de la Perrière)
Brunei (Marie-Sybille de Vienne)
Cambodge (Julie Blot et Anne Yvonne Guillou)
Indonésie (Jean-Marc de Grave)
Laos (Éric Mottet)
Malaisie (Elsa Lafaye de Micheaux)
Philippines (François-Xavier Bonnet)
Singapour (Éric Frécon)
Thaïlande (Jean Baffie)
Timor-Leste (Christine Cabasset)
Vietnam (Laurent Gédéon et François Guillemot)

Annexe
Répertoire des principaux partis politiques en Asie du Sud-Est (François Vezier)

Avec la participation des stagiaires de l'Irasec, pour la chronologie par pays et le répertoire des principaux partis politiques : Magali Lapouge, Nicolas Matthews et François Vezier.

Coordinateur :
Abigaël Pessesdirectrice adjointe de l’Irasec à Bangkok, est anthropologue. Ses recherches portent sur les politiques de préservation environnementale et les modes de gestion sociaux des ressources forestières en contexte montagnard nord-thaïlandais. 

L’Irasec
Basé à Bangkok, l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine s’intéresse depuis 2001 aux évolutions politiques, sociales et environnementales en cours dans les onze pays de la région. Pluridisciplinaires et comparatives, les expertises de l’Irasec font appel à des chercheurs de tous horizons disciplinaires et académiques. L'Irasec privilégie les approches transversales et régionales.
Contacts :

François Robinne, Director/directeur
Email :
francois.robinne@irasec.com

Abigaël Pesses, Deputy director/directrice adjointe
Email :
abigael.pesses@irasec.com


IRASEC c/o French Embassy
179 Wireless Road, Lumpini, Pathumwan, Bangkok, Thailand 10330

www.irasec.com



Vous trouverez cette publication:
En Asie:
1). THAILANDE
La librairie Carnets d'Asie
Alliance Française de Bangkok
179, Thanon Witthayu, Lumphini, Pathumwan
Bangkok 10330
Contact: M. Olivier Jeandel (directeur)

cabangkok@gmail.com

2). CAMBODGE
La librairie Carnets d'Asie
Institut Français du Cambodge
218, rue Keo Chea (184)
Phonm Penh

Contact: M. Olivier Jeandel (directeur)
ojeandel@hotmail.com

En France:
Editions les Indes Savantes
94, boulevard Auguste Blanqui
75013 Paris
Contact: M. Frédéric Mantienne (directeur)

fr.mantienne@lesindessavantes.com

publié par Association France Timor Leste @ 1:47 PM,




Balthazar - Un prince de Timor en Chine, en Amérique et en Europe au XVIIIe siècle


L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte










L’histoire de Balthazar, Prince des îles de Timor et de Solor, s’avère tout à fait étonnante. Au milieu du XVIIIe siècle, ce jeune homme a voyagé dans les îles de la Sonde, puis en Chine, avant de naviguer vers la France, de s’embarquer sur des bateaux corsaires en partance vers les Pays-Bas, l’Angleterre, l’Écosse et le Québec. En France, où il a vécu pendant quarante ans, il a écrit aux rois Louis XV et Louis XVI, ainsi qu’à d’autres grands personnages comme Voltaire, avant de vivre la Révolution française en 1789. L’existence de Balthazar avait été signalée par des historiens du XXe siècle, mais sans que ne soit perçue la dimension de ce personnage que les chroniques de l’époque ont comparé au mage Cagliostro et au chevalier d’Éon. Une abondante documentation inédite de lettres, de mémoires et de manuscrits permet désormais de reconstituer son parcours. Loin d’être anecdotique, la vie du Prince de Timor permet également d’éclairer de manière originale plusieurs aspects importants de l’histoire de France, notamment le rôle de la Compagnie royale des Indes dans le commerce avec l’Asie, le poids de la noblesse dans l’Ancien régime, les liens entre médecine et alchimie, ainsi que l’apparition des discriminations envers les « gens de couleurs » dans les années 1770. La postérité du Prince de Timor au XIXe siècle est non moins riche, car il a fait l’objet de nombreuses publications, dont un roman picaresque. Il est même entré dans le dictionnaire de la langue française, avant de tomber provisoirement dans l’oubli.




Année de parution : 2015
370 pages
Format :
145 x 200 mm
Prix : 33 €

publié par Association France Timor Leste @ 2:48 PM,




"Pension des mondes perdus", de Pedro Rosa Mendes, vient de paraître et l'auteur sera à Montpellier du 29 au 31 mai

Paru en avril 2015, "Pension des mondes perdus" est le titre en version française du roman de Pedro Rosa Mendes "Peregrinação de Enmanuel Jhesus", paru aux éditions Dom Quixote en 2010).



Pedro ROSA-MENDES

Portugal


Pedro Rosa-Mendes est né en 1968 à Cernache do Bonjardim (Portugal). En 1989, il commence à travailler pour le journal Público, d’abord dans la section culturelle et, à partir de 1996, dans la section internationale, où il s’est spécialisé dans les reportages, notamment sur le Zaïre, l’Angola, le Rwanda, l’Afghanistan, la Yougoslavie, et pour lesquels il a reçu de nombreux prix. Il a ensuite été correspondant au Timor oriental. Pedro Rosa-Mendes a abandonné sa carrière de journaliste pour se consacrer à l’écriture. En 1997, il a traversé le continent africain de l’Angola au Mozambique, à pied et en stop et en a tiré son remarquable premier roman Baie des Tigres (Métailié, 2001).

Pedro Rosa-Mendes invité à la Comédie du livre à Montpellier


Divers lieux dans Montpellier : Esplanade Charles-de-Gaulle, La Panacée et l'espace Dominique Bagouet.

DU 29/05/2015 AU 31/05/2015

Comédie du livre : http://comediedulivre.fr/


ÉDITIONS MÉTAILIÉ

20 rue des Grands Augustins
75006 PARIS
01 56 81 02 45

Sur le Timor Leste, Pedro Rosa Mendes avait déjà publié, en collaboration avec Alain Corbel, "Madre Cacau - Timor" ( ed. ACEP, 2004) - reportage.

publié par Association France Timor Leste @ 3:48 PM,




Conférence de Xanana Gusmao à l'Université Nationale Australienne (en anglais) - vidéo, 40'

https://www.youtube.com/watch?v=xgQ0QvpNWeA


Xanana Gusmão: 2015 S.T. Lee lecture

Published on Apr 13, 2015
His Excellency Kay Rala Xanana Gusmão is the Minister of Planning and Strategic Investment for the Democratic Republic of Timor-Leste. He has served as President of his country for five years, Prime Minister for seven and a half years and was a central figure in his country’s 24-year struggle for the restoration of independence.

In this video Political Transition and National Unity: The Timor-Leste Story, exploring the lessons of nation building and transition in Australia’s ‘near neighbour to the north’. He reflects on the ways Timor-Leste’s experience relates to international experience and present his views on how emerging global trends are impacting developing nations and fragile States.

His Excellency Kay Rala Xanana Gusmão is the Minister of Planning and Strategic Investment of the Government of Timor-Leste. Until stepping aside in February 2015 to facilitate a generational leadership transition, he was the Prime Minister of his country for seven and a half years. Prior to this role as Prime Minister he served as the first elected President of the Republic after being sworn in on the 20th of May 2002, the day marking Timor-Leste’s official restoration of independence.

Xanana Gusmão was a central figure in the quest for independence and after the Indonesian occupation began in 1975 he became deeply engaged in the resistance struggle. In 1981 he was elected leader of the Resistance and Commander-in-Chief of the National Liberation Armed Forces of Timor-Leste. He went on to conceive and implement the Policy of National Unity bringing together all to work cooperatively to achieve the goal of national sovereignty.

In November of 1992, after 17 years of active resistance, Kay Rala Xanana Gusmão was captured in the capital Díli and even though imprisoned in Indonesia until September 1999, he continued to lead the struggle to achieve freedom for his people.

On release he returned to see his dream of an independent Timor-Leste realised and turned his efforts to the task of national reconstruction, continuing his life-long work of service to uphold the independence and dignity of the people of Timor-Leste.

Kay Rala Xanana Gusmão has received recognition around the world for his humanitarian work and his role as a champion of peace and reconciliation.

The ST Lee Lecture on Asia and the Pacific was established in 2007 thanks to the generous support of Singaporean businessman and philanthropist Dr ST Lee. 

The lecture provides an opportunity for a distinguished figure from the Asia Pacific to speak on developments or trends in the region.

publié par Association France Timor Leste @ 3:05 PM,




Qui parle quelles langues au Timor ? Nouvelles publications

Mapping the mother tongue in Timor-Leste Who spoke what where in 2010?
par Catharina Williams-van Klinken and Rob Williams
Dili Institute of Technology

14 pages téléchargeables en pdf sur le site du DIT :

http://www.tetundit.tl/Publications/Timor-Leste%20languages%202010.pdf



Selected bibliography of works on languages of Timor-Leste
Catharina Williams-van Klinken
Dili Institute of Technology
February 2015

4 pages téléchargeables en pdf sur le site du DIT :

http://www.tetundit.tl/Publications/Bibliography%20East%20Timorese%20languages%202015.pdf



Site du DIT : http://www.tetundit.tl

publié par Association France Timor Leste @ 2:57 PM,




Programme du Gouvernement (en trois langues)

Le programme du 6ème Gouvernement Constitutionnnel, en trois langues - tetum, portugais et anglais - est sur le site du Gouvernement :
http://timor-leste.gov.tl/?cat=39&lang=pt

publié par Association France Timor Leste @ 2:44 PM,




Paru dans la revue littéraire "EUROPE"


Dans la revue EUROPE, nov-déc 2014,
http://www.europe-revue.net/
une fiche de lecture de Vincent Metzger est consacrée au "Requiem" de Luis Cardoso.
Vous la trouverez ci-dessous.
 
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
 
Luis Cardoso Requiem pour Alain Gerbault

Toulouse Arkuiris 2014


Pour beaucoup sans doute, Timor Est est une référence déjà historique et Dili un nom vague, qui évoque peut-être un roman de Conrad. Et celui qui cherche dans ce livre un guide touristique sera déçu ; Dili est un lieu investi par le personnage plus que décrit et l'on garde à la lecture le souvenir d'une Terrasse, d'un hôtel, et d'un port.

C'est que Requiem - dont les lecteurs d'Europe ont pu lire quelques bonnes feuilles – est un livre de l'attente ; que faire à Dili au début de la guerre sinon attendre ? Et comme c'est un port, attendre c'est regarder la mer ; l'une attend son fiancé parti à la pêche, certains attendent un bateau portugais, d'autres les japonais, et Catarina le navigateur, peut-être. Mais cette attente n'est pas une promenade au phare sans cesse reportée, elle est plutôt la basse continue de ce roman, le temps long, celui qui met en cohérence les actions et les personnages. Alors, dans ce cadre, se manifeste une autre temporalité, celle de l'Histoire en train de se faire, Et le lecteur est surpris de voir que cette « île au loin » n'est pas coupée du monde ; la préparation et les débuts de la seconde guerre s'y manifestent comme en écho : ainsi le monde vient à Dili, mais sous une forme détournée, parfois fantomatique, capitaines exilés, ou personnages en dérive, ou reproduction de figures historiques ; voyez ce bengali, plus anglais que nature qui chante God save the king devant un espion britannique et récite du Yeats (un lien entre Irlande et Timor Leste?), prenez garde aux noms propres, ils sont évocateurs, on parle d'un Béla Kun ,d'une Dolores Ibarruri, d'un « communiste » gardien de cimetière . Plus discrète encore, presque secrète, l'histoire propre de l'île affleure, mais celle ci, il faut partir à sa recherche ; elle est parfois enfouie dans la terre  :ainsi devant une tombe « ce type est le fameux colonel Salvaterra...si j'avais su que je venais à la rencontre de fantômes... » Elle se cache parfois dans les montagnes avec Malisera « l'insoumis ».

Tout serait en place pour un roman historique et il est bien là , mais sans cesse décalé, voilé par une troisième temporalité, celle du récit autobiographique. La narratrice alors multiplie comme à plaisir les incertitudes et les associations audacieuses  : « la brume et l'ombre planent encore qur les pierres qui ornent la cime des montagnes ». Et cette brume plane aussi sur l'identité même de Catarina  ; Chinoise de Batavia, qui parle tétoum, anglais, français selon ses interlocuteurs , amatrice de Debussy et prête à citer Rimbaud quand l'occasion se présente, elle est accompagnée d'un double : quand on parle de Catarina pense-t-on à la belle chinoise, « poupée de porcelaine », ou au chat de jade qui porte le même nom ? Et d'ailleurs hommes et chats se confondent souvent, les noms étant facilement interchangeables jusqu'au quiproquo (voyez Felix le Raz de marée, chat et/ou amant) et quand les personnages sont clairement humains, ils sont insaisissables comme le bandit de la forêt, Malisera : il se cache bien, celui-ci, et quand on croit l'avoir pris, on ne sait si c'est bien lui, ou un autre, ou le poète Al' Mutamid ( celui du Fou d'Elsa remarqueront les lecteurs d' « Europe »), ou même s'il existe. Et pour Catarina le réel est soumis parfois à l'imaginaire ; dans une lente séquence nocturne un conte dit une aventure qui reproduit une scène d'enlèvement réelle, la confusion est alors telle que l'enfant enlevé prend le nom du personnage du conte (gageons que Cortazar eût aimé ce livre).

Il faudrait aussi parler d'Alain Gerbault, encore un fantôme, mais en même temps un personnage, présent et distant, qui apparaît quand on ne l'attend pas et offre à la narratrice une dernière mission avant une dernière attente ;

Mais tout cela n'est rien si l'on ne mesure pas l' effet rythmique de ponctuation que provoquent les paroles. Il y a peu de longs discours, mais des phrases prononcées , itératives qui assurent l'unité des chapitres et s 'installent dans la mémoire du lecteur, grâce en soit rendue à la traductrice : du roman à l'épopée s'il est vrai que l'épopée garde le souvenir de sa source orale.

Vincent Metzger

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Site des éditions Arkuiris : http://www.arkuiris.com/livre.php?id=20

publié par Association France Timor Leste @ 3:26 AM,




Livre : A diferença entre os iguais


A new book about East Timor has just arrived in Dili. “A diferença entre os iguais” (The difference among the equals) by Alessandro Boarccaech (psychologist, semiotician and PhD in anthropology), is an anthropological research study made on Ataúro Island about the relationship between Catholicism and the practices of cult to the forefathers and to the spirits of nature. The book is divided into four chapters where the political, hierarchical and economic dynamics, marriage arrangements, and the meaning of conversion, are analyzed through the lens of religion. In the last section, the book includes a Hresuk-Portuguese dictionary, an attempt to preserve this oral form of communication.

Title: A diferenca entre os iguais
Author: Alessandro Boarccaech
Language: Portuguese
Number of pages: 318
Editora Porto de Ideias - Sao Paulo/Brazil

publié par Association France Timor Leste @ 1:22 AM,




Arte Publiku Festival - Arte Moris, jusqu'au 31 août

The Arte Publiku! Festival is happening and you can play a part!
 
Live from Arte Publiku Festival – Timor-Leste’s first public art festival
 
Arte Publiku is a buzz with action. In Dili, over 250 artists from Dili and the districts of Timor-Leste, and Indonesia, Australia, America, Brazil, Germany, Portugal, Chile and Japan are currently busy working away preparing for the festival's official opening in Largo de Lecidere on Friday.  Drums are being drummed, art work is evolving, dance and theater performances created, and sculptures and stages are being constructed in the festival site at Largo de Lecidere. Most importantly new ideas and collaborations are blossoming. 
 
Art takes over Largo de Lecidere from the 29th to  the 31st of August, however, workshops for artists, exhibitions and book launches for the public have been keeping Dili busy all week. To make sure you don’t miss out on anything a full program of the festival can be found at www.dilifestival.com and regular updates and photos of the festival can be found at our Facebook page www.facebook.com/ArtePublikuFestival.
 
To make this all happen, alongside our amazing sponsors, we have been running a crowdfunding campaign. We are close to meeting the targeted US$15,000, but are not quite there yet and need your support!
 
Arte Publiku Pozible Campaign
 
There are amazing rewards on offer including original artwork, postcards and for those in Dili, Festival art walks of the exhibition site.  Please support by pledging to the campaign or sharing with your networks. The crowd funding campaign will be closing on the 29th of August at 10.49am Timor Leste time.
 
Get your art on and come down to Largo de Lecidere from Friday 10am. See website for full details Arte Publiku Festival

publié par Association France Timor Leste @ 1:20 AM,